Domaine :

Mots clés : / / / /

Contenu : 3 jeux de 52 cartes

Format : 21 x 15 x 3 cm

Les Mimigraphies

-

Date de parution : mars 2013

24.00 €

Quantité:

Un jeu pour travailler les graphies contextuelles.

Les mini-monstres : graphie contextuelle : G
Les mini-ninjas : graphies contextuelles : S/SS
Les mini-pirates : graphie contextuelle : C

Principe du jeu : Les 3 jeux de cartes basés sur les règles du 8 américain, travaillent chacun une graphie (G, C ou S/SS) de manière spécifique. L’enfant est amené à lire à voix haute des pseudo-mots contenant la graphie travaillée (en positions initiale et médiane), accompagnée de divers voyelles et digraphes.

Contenu : Chaque jeu se compose de 36 cartes + 16 cartes-actions

But : Etre le premier à se débarrasser de toutes ses cartes. 

Intérêt dans la rééducation de la lecture : Dans l’apprentissage normal de la lecture, les enfants, après un stade de pré-lecture « logographique », entrent dans la lecture autonome via la découverte du principe alphabétique, soit l’utilisation de la voie d’assemblage, basée sur les correspondances graphèmes / phonèmes.

C’est un puissant mécanisme d’auto-apprentissage pour les mots nouveaux qui permet la constitution progressive d’un lexique orthographique interne1.

Les enfants dyslexiques ont généralement des difficultés d’utilisation de la voie phonologique2, et cette habileté est classiquement travaillée en orthophonie. La rééducation permet l’association entre les phonèmes et les graphèmes, et son automatisation. Toutefois, certains graphèmes sont plus complexes : les digraphes et les graphèmes contextuels. Ils nécessitent généralement un apprentissage explicite et spécifique.

Dans ce cadre, « Les Mimigraphies » est un jeu qui permet de travailler de manière spécifique l’automatisation de ces graphies (G, C, S/SS) de manière ludique, par la lecture de pseudo-mots bisyllabiques qui contiennent chacun une à deux fois la graphie problématique.

Règle du jeu : Chaque joueur reçoit 7 cartes. Une carte est déposée au centre. Le reste des cartes constitue la pioche. Celui qui commence dépose sur la carte centrale : 
- soit une carte de la même couleur,
- soit une carte ayant la même graphie.
Il est obligatoire de dire à haute voix le nom de la carte que l’on dépose !
Les cartes-actions pimentent le jeu : elles obligent l’adversaire à prendre 2 cartes, à utiliser une couleur spécifique, etc.

1 Voir par exemple Morais, Pierre et Kolinsky, « Du lecteur compétent au lecteur débutant : implication des recherches en psycholinguistique cognitive et en neuropsychologie pour l’enseignement de la lecture ». In Revue de sciences de l’éducation, VOL. 29, N°1, P.51-74.

2 Voir par exemple : Alegria et Mousty « Les troubles phonologiques et métaphonologiques chez l'enfant dyslexique », Enfance 3/2004 (Vol. 56), p. 259-271.

PRODUITS ASSOCIÉS

PRODUITS CONSULTÉS